Le gouvernement fédéral cherche à aider à libérer 19 femmes et enfants canadiens détenus dans le nord-est de la Syrie, selon un nouveau dossier judiciaire.

Cette décision intervient alors que les membres de la famille des six femmes et des 13 enfants se préparent à faire valoir devant la Cour fédérale que le refus de longue date du gouvernement libéral de les rapatrier – ainsi que certains hommes canadiens – équivaut à une violation de la Déclaration des droits et libertés.

Un document déposé cette semaine dans l’affaire judiciaire indique qu’Affaires mondiales Canada a déterminé que les 19 Canadiens avaient atteint un seuil en vertu de sa politique d’octroi d’une aide extraordinaire.

En conséquence, Affaires mondiales a commencé des évaluations en vertu des principes directeurs du cadre pour déterminer s’il convient de fournir cette assistance, a indiqué l’exposé conjoint des faits du 1er décembre.

Une poignée de femmes et d’enfants sont revenus au Canada de la région au cours des dernières années, mais pour la plupart, le Canada n’a pas suivi le chemin d’autres pays qui ont réussi à rapatrier des citoyens.

Les citoyens canadiens font partie des nombreux ressortissants étrangers dans les camps syriens dirigés par les forces kurdes qui ont repris la région déchirée par la guerre à l’État islamique en Irak et au Levant.

26 Canadiens font partie d’une affaire judiciaire

En juillet dernier, un total de 26 Canadiens se sont joints à l’action contre le gouvernement, qui sera plaidée devant la Cour fédérale la semaine prochaine.

L’exposé conjoint des faits indique qu’une femme et ses deux enfants impliqués dans l’affaire “ne sont plus détenus dans aucun des camps du nord-est de la Syrie et on ne sait pas où ils se trouvent actuellement”.

En plus des 19 femmes et enfants éligibles à l’aide gouvernementale, plusieurs hommes canadiens restent dans les camps – dont Jack Letts, dont les parents ont mené une campagne publique pour que le gouvernement fédéral leur vienne en aide.

Kimberly Polman, l’une des femmes dans l’affaire, a été rapatriée au Canada en octobre.

Les autres dans l’action en justice sont anonymes.

Lawrence Greenspon, l’avocat de tous les plaignants à l’exception de Letts, a déclaré dans une interview vendredi que l’examen par le gouvernement de l’aide aux 19 femmes et enfants canadiens restants impliqués dans l’affaire judiciaire qui sont toujours détenus en Syrie est potentiellement une nouvelle très bienvenue.

Greenspon a été invité à fournir des commentaires et des pièces justificatives concernant l’évaluation de ces cas par Affaires mondiales.

Cependant, les procédures judiciaires sont toujours prévues pour lundi et mardi à Ottawa.

Le gouvernement fédéral demande le rapatriement de 19 femmes et enfants canadiens détenus en Syrie
L’avocat Lawrence Greenspon a déclaré que l’examen par le gouvernement de l’aide aux 19 autres femmes et enfants canadiens impliqués dans l’affaire, qui sont toujours détenus en Syrie, est potentiellement une bonne nouvelle. (Alistair Steele/CBC)

Aucune obligation de rapatriement en vertu de la Charte, selon le gouvernement

Dans un dossier judiciaire, les familles des Canadiens détenus affirment que le processus par lequel le gouvernement a décidé de rapatrier ou non ses citoyens «constitue une violation de l’équité procédurale».

Il indique qu’aucun demandeur n’a été informé du cadre politique fédéral mis en place pour déterminer s’il fallait prolonger l’aide jusqu’en novembre 2021, environ 10 mois après sa mise en œuvre et environ deux mois après le début de la demande en justice.

“Le fait que le cadre politique n’ait pas été fourni aux candidats démontre au mieux un manque d’informations suffisantes pour connaître le cas à résoudre.”

Ils soutiennent également que l’inaction du gouvernement canadien dans le rapatriement de ses citoyens contrevient à la Charte.

Dans sa soumission à la cour, le gouvernement fédéral a déclaré que le Canada avait fourni une assistance consulaire dans la mesure du possible, ajoutant qu’il n’y avait aucune obligation légale en vertu de la Charte, de la loi ou du droit international pour le Canada de fournir une telle assistance, y compris le rapatriement de ses citoyens.

Les avocats fédéraux affirment que les obligations que les demandeurs cherchent à imposer « contredisent les raisons fondées sur des principes d’adopter une approche étroite pour appliquer la Charte à l’extérieur du Canada ».

source:

free google play gift card today unredeemed google play gift card codes unused google free gift card redeem code google play gift card earning app $25 google play gift card free google play gift card free today best google play gift card earning games free play store gift card codes 2023 instant google play gift card free google play gift card usa free best free google gift card app google play gift card free game Redeem FREE Google Play Gift Cards In 2023 Free google play redeem code | google play gift card free Google Play Redeem Code Free 2023 | How To Get Free Google Play Gift Card Redeem Code 2023 Google Play Gift Card - $100 Free Code | 2023 Free Redeem Code Today - Google Play Redeem Code Earning App Free Google Play Gift Card Codes [2023] - Google Play Gift Card Codes google redeem code | get free play store gift card | 2023 Trick Free Redeem Code 100% FREE Google play REDEEM CODE, Google Play gift card, free redeem code ive Proof 100% Free Google Play Gift Card | Free Redeem Code Trick 2023 | Play Store Redeem Code GOOGLE PLAY GIFT CARD JANUARY 2023 | FREE REDEEM CODE TODAY Free Redeem Codes Today | Google Play Redeem Code App | Gift Card App

By admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

}